Donne

Bon, moi je donne rien, vous me connaissez, je suis trop radine.

Mais j’ai une fan lectrice qui sort (victorieuse !!!!) d’une FIV (et encore un bébé synthétique, youpie !!) et qui elle est généreuse.

Donc, sont à donner :

Pergoveris, cetrotide, provames, progestan, polygynax  et qq seringues/aiguilles.

Une boîte de chaque.

Vous pouvez m’envoyer un mail à plustardpeutetre@gmail.com que je vous mette en relation (en plus, comme ça, je recevrais des mails et ça ferait genre j’ai des amis).

Petite précision, pour faire comme à la télé : non seulement il faut manger 5 fruits et légumes par jour, mais je voulais aussi rappeler que ces petites choses là sont des médicaments (oui, même le provames) avec des effets secondaires et des réactions qui peuvent nous dépasser. A utiliser donc exclusivement sous contrôle médical, je sais que parfois la fin justifie les moyens, mais faut pas déconner…

 

Rétrognathie

Bon, j’ai besoin de parler d’un truc qui n’a rien à voir avec la PMA, ni avec les Pitchs, mais ça me tracasse et faut que ça sorte, d’une part, d’autre part je me dis que certaines d’entre vous auront peut-être des infos à ce sujet ? Je ne dois pas être la seule à avoir la gueule déformée après tout bordel !!

Alors voilà, depuis des années, je souffre de bruxisme. En gros, ça veut dire que je m’écrase les mâchoires, et c’est douloureux.

Bref, je racontais ma passionnante life au dentiste, qui me dit que lui ne peut me proposer que des moyens de soulagement temporaire, toussa toussa, mais est-ce que j’ai pensé à aller voir un orthodontiste ?

J’ai dû reconnaître que non, j’ai des gynécos en veux-tu en voilà, un hématologue, mon labo fétiche, des radiologues, des spécialistes des échos, mon dentiste, mon ophtalmo, mais NON, je n’avais pas vu d’orthodontiste depuis des années (plus de 10 ans en fait). Même si oui, j’avais bien eu différents traitements, gamines. Pas très réussis a priori.

Tout excitée à l’idée d’élargir encore mon portefeuille de blouses, hop, RDV est pris. On fait plein de trucs marrants, des radios, des moulages, toussa et là je suis joie et bonheur à l’idée de me dire que bon, ça va me coûter un bras en appareils dentaires pas très jolis, mais que cool, dans un an ou deux je serai sublime et je ne souffrirai plus.

Ben LOL.

J’ai bien eu le devis qui fait mal, mais on m’a aussi annoncé que les appareillages seuls ne pouvaient rien pour moi. Il faut enlever deux dents, me dit la dame. Bon, ça, je m’en fous. Et il faut opérer pour casser la mâchoire.

Ah ?? Ahhhh ??? vous avez dit ? Un mois d’arrêt ? Se nourrir à la paille ? Pardon ? 2000 euros juste pour les dépassements d’honoraires pour l’opération, avec en plus 2 à 3 ans de traitements ? Non mais moi j’étais pas du tout venue pour ça en fait…

Bon, j’ai hésité à juste oublier ce RDV à la con. Mais quand même, je me suis forcée à y réfléchir. C’est très cher, et très pénible. Ce qui me stresse particulièrement, c’est qu’il faut d’abord faire une partie du traitement, et opérer au milieu. Donc le couperet me resterait au-dessus de la mâchoire pendant un moment.

C’est une AG, la dame m’a dit que l’opération n’était pas compatible avec une grossesse (ah bon ?)

Le côté « bouffer à la paille » me réjouit moyen, rapport au fait que les Pitchs passent pas à la paille, et qu’étant ancienne boulimique, j’aime pas trop qu’on me dise ce que j’ai le droit de manger ou pas…

Et accessoirement, le fait de me faire ouvrir la tronche pour me casser la machoire, c’est sûr que ça ne m’enchante pas.

Les risques ? (ah ben j’ai demandé hein) : perte de sensibilité dans le bas du visage. Youpie. Il sera éventuellement nécessaire de voir un orthophoniste (oh cooooool !!).

Le coût ? Plusieurs milliers d’euros. Aller, je crois que ça fait un total proche de 8000 euros.

Les avantages : protéger mes dents à long terme, espérer ne plus avoir mal à la machoire, être encore plus jolie et donc favoriser ma recherche de mecs dans les bars (pour celles et ceux qui n’auraient pas suivi, OUI, je peux expliquer la dernière partie de la phrase).

Pour la blague, il faut aussi aller voir un parodontologue, ou un truc comme ça, rapport à mes gencives qui, a priori, ne vont pas bien non plus.

Je crois qu’on ferait mieux de lister ce qui va, mais bon…

Si certains d’entre vous sont meilleurs amis avec un ponte des dents, ont déjà vécu ça, souhaitent témoigner toussa, je suis toute ouïe. Pour l’instant, je n’ai eu qu’un témoignage : « ah oui, je connais quelqu’un qui a été opéré. J’ai vomi quand je l’ai vu ».

 

 

🙂

 

 

 

Ça commence TRÈS bien

Non vraiment, ça commence très bien.
Il faut donc qu’on se coltine à nouveau tout le bilan d’infertilité.

À Clamart, il est bien complet. Médicalement parlant, c’est top. D’un point de vue organisationnel, je pourrai vous résumer ça avec un petit smiley qui se tire une balle dans la tête, mais je le trouve pas.

On a donc, pour Madââme (enfin Mi-couple m’a toujours pas épousée, suis fâchée) une petite hysteroscopie, une écho J3, une PDS J3.

Très bien. Je décide de commencer par l’hysteroscopie, j’en ai déjà fait 3, je le sens en confiance du coup.
Évidemment, à l’hôpital, y’a pas de places. Ben tiens.

Je prends donc la liste des copains du chef de service médecins « suggérés ». Paris 16, Neuilly, je sens qu’on va encore y laisser une couille.

Bref, l’hysteroscopie c’est un peu trop facile car tu as une « fenêtre » de tir de 5-6 jours, et quand tu as 200 boules à jeter dehors, ainsi qu’une journée de congé dont tu sais pas quoi foutre, ça se fait peinard.

Gros fou rire quand même : le livre d’or dans la salle d’attente. Je l’ouvre (j’aime bien me marrer) mais finalement c’est plutôt touchant car je nous y reconnais un peu toutes  (sauf que perso, y’a pas moyen que j’écrive sur mon « petit nid rose » ailleurs qu’ici).

Bref, 10 minutes et un gros chèque plus tard (docteur au top ceci dit, si qqn a besoin, j’ai même rien senti), on sait que ma tapisserie mon endometre est pourrave. De toutes les manières, perso, je suis plutôt peinture que papier peint, alors on verra, hein.

Enrichie par cette belle expérience je décide de m’atteler à l’écho J3. Avec donc une fenêtre de tir de 2 jours, éventuellement. Et des médecins bookees deux mois à l’avance. Tu la sens arriver l’embrouille ?

Le mois dernier, je me suis retrouvée tranquille à chialer au téléphone au taf car évidemment, pas de place, et « non madame on vous donnera pas de RDV le mois prochain on a eu trop d’annulations à cause de ça ».

N’écoutant que mon courage, je prends RDV pour le mois suivant avec un médecin qui n’a pas d’ami à Clamart hors liste des recommandations du chef.

Ben tiens. Tout était parfait. Il n’a manqué que mon putain de bâtard de J1.

J’annule donc le RDV J3 la veille. Un gros bisous à vous madame la secrétaire qui ne m’avez pas engueulee.

Et là, hier (J3 théorique) j’y crois. Paf à la première micro goutte de sang je me cache au taf (merci à tous les branleurs du vendredi) pour appeler ma doc fétiche qui est sur la liste (sur un malentendu…). Et là, après moultes négociations avec le secrétariat qui a recontacte le doc etc bref on me degotte un super RDV à J6. Avec une ordonnance qui précise bien J3, EVENTUELLEMENT J2 ou J4 (on est larges). Mais bon, elle est sur la liste, je me dis qu’elle sait ce qu’elle fait. SAUF que, je vous le donne en mille, l’autre bâtard est pas là. J’en suis arrivée à gogoliser « comment faire venir ses règles » et paraît qu’il faut infuser du persil.

Je vous le demande, où qu’il est donc le petit smiley qui se tire une balle ?

Parallèlement,  Mi-couple est parti se secouer la nouille réaliser ses propres prélèvements. Il avait « oublié » et j’ai failli l’etrangler (ce qui aurait réglé pas mal de choses) mais il a assuré derrière, il a dû dire au labo que sa compagne était folle et dangereuse.

Bilan plutôt positif donc, un RDV J3 sans J1, une tapisserie à chier, des spermatozoïdes  (s’il en reste) sous les feux des projecteurs, je le sens bien moi.