On a encore bien rigolé

WordPress m’a envoyé un machin passionnant sur mon genialissime blog, blog qui ne m’a toujours pas rapporté un Pitch soit dit en passant.

Il y est question de photos d’ananas (c’est là qu’on devine que mon blog est de grande qualité, les articles de fond étant joliment illustrés), d’une série d’articles passionnants courant avril (de tête je dirai qu’il était question de ma jambe, on avait bien rigolé), de vêlage et toussa.

 

WordPress m’invite à remercier mes plus fidèles fans et à en profiter pour m’abonner à leurs blogs en retour. Évidemment, elles peuvent se brosser, hein, c’est moi qu’on devrait remercier de mettre à disposition cet or en barre (finalement je préfère les Pitchs à barres molles plutôt qu’à barres dures).

Ça va être un peu dur de fédérer davantage en 2016, puisque l’intérieur de moi-même, c’est du déjà – vu,  le sujet de l’ananas est traité, la semaine d’alitement total, c’est fait, les articles de fond sur la paix dans le monde, le monde s’en tamponne, et je ne vais pas m’abaisser à causer courgettes MOI.

 

Mais on s’en fout, moi qui crachais sur les blogs (Nan mais c’est quoi ces meufs qui étalent leur vie ininteressante sur la toile ??) je kiffe en fait. J’y ai rencontré des filles et des femmes complètement barrées, touchantes et drôles. Du coup je suis bien contente, moi qui n’aimais pas les gens, ça a un peu revolutionné mon quotidien.

Merci d’encourager (par la menace au besoin) tous vos amis à s’abonner à mon blog. 2016 DOIT être l’année où Pasquier m’offre un Pitch, que dis-je, un paquet complet ! (Barre molle, au lait).

 

Petit bonus pour les vraies fans qui ont lu l’article : je recrute !!

Alors yaura pas de problème de négociation pour le salaire : toute ma gratitude. Il s’agit de venir aider Marivalou à la Boutique (parce que moi j’assure pas un boulon en ce moment, mais ça marche bien, d’ailleurs ça me tue de voir que je ne suis pas indispensable).

Compétences requises : politesse (c’est à dire que les créatrices font des cadeaux donc faut quand même les accueillir correctement), usage écrit de la langue française, capacité à travailler en équipe, sens de l’organisation. (Bon moi je suis égoïste et bordelique mais je fais ce que je veux).

En voici un extrait :

Le Musée du Louvre accueille chaque année 8.500.000 visiteurs. Ce blog a été vu 88 000 fois en 2015. S’il était une exposition au Louvre, il faudrait à peu près 4 ans pour que chacun puisse la voir.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Rien de passionnant

En vrai, ya rien à dire. Mais faut bien que je trouve un moyen pour attirer de nouveaux followers, j’ai encore dû acheter mes Pitchs moi-même tout à l’heure (ceux avec la barre toute dure dedans, cochonne !!!!), j’attends toujours qu’ils acceptent de me sponsoriser.

Youhou Pasquier, je suis là !!!! Youhou !!!!

Bref, je me rends compte que j’ai envie de viser les mères en carton. J’adhère toujours pas complètement aux grands principes de la MILKitude.

Quand même, si j’essaye d’être objective et d’oublier l’origine première de ce blog, j’ai bien envie de dire que la maternité, c’est à peine plus merveilleux que chiant.

Bon, j’en rajoute un peu, hein. Je suis sincèrement heureuse. Mais ya quand même pas mal de trucs chelous.

  1. On s’en fout de ta life. Une fois que tu as pondu et que donc tu n’es plus un incubateur, tu peux crever peinard. Là où avant tes conversations téléphoniques démarraient par « allô ! Comment tu vas ? » tu as maintenant « Comment va ma petite princesse ? » pour ceux que ça intéresse vraiment (ce à quoi je réponds « je vais très bien merci », ça les calme) ou « comment va la petite famille ? » pour ceux qui s’en tamponnent un peu (et ils ont bien raison). Toi, on s’en tape. Terminé d’être le centre du monde.
  2. Tu n’as plus de problème. Nan. Tu as un gosse. ça marche pour tout. Tu es épuisée par le boulot ? « c’est normal avec un bébé ». Tu n’as rien fait ce WE ? « c’est normal avec un bébé ». Tu pars « tôt » ce soir ? « c’est normal avec un bébé ». Tu es de mauvaise humeur ? « c’est normal avec un bébé ». Tu vas en courses ? « c’est normal avec un bébé ». Bref, je vous la fais courte. « c’est normal avec un bébé ». Ben j’en profite pour dire que OUI je suis claquée par le taf, et c’est à cause du taf bordel de bite à cul !
  3. Tu n’es plus une personne (ce qui explique probablement que plus personne ne prenne de tes nouvelles d’ailleurs). Tu es « la maman de ». En l’occurrence, dès que je m’approche de la crèche, je suis « la maman de la P’tite Gouine ». Autant dire que je ne percute pas quand on m’appelle comme ça, ça percute pas.
  4. Tu ne peux pas sortir. « c’est normal avec un bébé ». Donc on ne te propose pas. Et si tu sors quand même, tu es une mère en carton.

Bon, enfin ça, c’est pour la blague. Moi, ça va. Juste un peu claquée (« c’est normal, avec un bébé »). C’est presque cui-cui les zozios, même si, faut pas déconner, j’ai quand même quelques petites emmerdes à côté, mais c’est la vie.

Certains jours je dois dire que j’ai bien envie de balancer le petit pot de courgettes pour aller boire des pina colada avec des vins chauds (je ne sais pas choisir, je n’ai jamais su choisir, j’ai envie des deux !!), mais sinon c’est cool.

Mon appart est en bonne voie pour concourir à « c’est du propre ». Un signe qui ne trompe pas, c’est que les inconnus qui viennent chez moi (dans le cadre de mes opérations « le bon coin », hein, pas autre chose) me demandent tous « vous déménagez ou vous emménagez ? »

Les donneurs de conseils n’en ont pas terminé, après la PMA et le mode incubateur, ça continue, on ne s’en lasse pas. Ben moi, je suis une mère en carton qui aime beaucoup rater les choses à ma façon, ce qui fait que plus on me conseille, moins je fais comme on me conseille. Evidemment, ça ne m’aide pas à me créer un « cercle d’amis », mais c’est plutôt bien car j’ai pas le temps « c’est normal, avec un bébé ».

Dernièrement, j’ai eu droit à des remarques sur le fait que j’allaite toujours. Ouhhhh la cochonne que je suis !!! Ouh vilain !!! Et comme je suis une grooooosse cochonne malsaine, j’arrêterai jamais on m’a dit (bon, en vrai, je pense arrêter un jour, hein, mais faut que tout le monde puisse s’exprimer, je trouve ça très important la liberté d’expression sur mes nichons, parlons-en parlons-en !).

Sur ce, à bientôt pour de nouvelles aventures : on recommence les examens début 2016, je temps de remonter un dossier digne de ce nom !

La boutique des Idées Fertiles a un an !

Nous venons de recevoir un mail de A Little Market, qui nous félicite pour l’anniversaire de La Boutique des Idées Fertiles.

Ils ne savent pas de quoi ils parlent, mais moi je sais.

Idées Fertiles c’est des nenettes qui, malgré les galères, donnent du temps et de l’argent pour communiquer sur l’infertilité.

Des femmes qui montrent que, certes, nos gamètes partent en couilles (il est rigolo mon jeu de mots ?) mais qu’on a du coeur, des idées, du talent, l’esprit d’équipe, et j’en passe et des meilleures.

Idées Fertiles c’est un projet qui réunit des femmes en parcours, et des femmes qui ont terminé leur parcours, avec ou sans petit.

Idées Fertiles, c’est aussi une fertile qui nous a rejoint récemment. Hé oui, ça va jusque là.

C’est quelques petits messages adorables d’encouragement.

C’est ma grand – mère qui tricote un bandeau pour participer aussi, oui oui, ma Mamie.

Idées Fertiles c’est un truc juste aberrant dans le monde actuel : c’est envoyer des petites choses qu’on a fait de nos mains et à nos frais à des personnes que, le plus souvent, nous ne connaissons pas, juste parce qu’on a envie de dire que oui, nos utérus, nos couilles et nos oeufs sont défectueux, mais on sait encore aimer, donner, on peut encore penser aux autres et on a besoin d’être reconnues, pour ça et tout le reste.

C’est aussi des pepettes reversées à BAMP !, qui parle pour nous et fait avancer nos droits.

Idées Fertiles, c’est tellement dingue que ça n’aurait jamais dû démarrer.  Et ça fait un an que ça dure.

Du coup moi je suis toute émue, et je voudrai faire des gros gros bisous (je suis à deux doigts de faire péter les petits coeurs) à toutes les filles qui ont donné et donnent encore, du temps, du talent et de l’argent.

C’était improbable et on l’a fait. Chapeau les meufs 🙂