Et toi, tu donnes ?

Bon, la question avait été posée sur BAMP dans le cadre des sondages du samedi. A l’époque, pour moi c’était déjà clair, mais cela m’avait donné l’occasion d’en parler avec mi-couple.

(et là je me rends compte que tu sais pas forcément de quoi je parle. ben du don de gamètes figure-toi !).

Voilà, bon, alors la pénurie de gamètes, toussa toussa, ça commence à faire un bail que je me penche sur la question, mais là, de la revivre au travers de ce que vit Compoteen, d’imaginer ma copine (ouais, Compoteen, c’est ma copine) devoir, en plus de tout ce quelle subit moralement et physiquement, vider son livret A pour se bouffer des négatifs (mais il arrive ton plus ma poule, tu lâches pas jte dis !!!!!), ben ça me rend malade. Gue-din.

Alors bon, entendons-nous bien, mi-couple et moi on a « visité la Belgique » (un de ces centres PMA du moins) car on voit bien qu’ils ont 10 trains d’avance sur nous, là. Et c’est chouette. Mais bon, on pourrait souhaiter avoir la même chose en France, et que Compoteen puisse écarter les pattes au niveau national sans être obligée de faire une croix sur ses vacances.

Et de même pour tous les autres couples concernés.

Alors voilà, je voulais savoir si TOI, tu donnes. Enfin si tu donneras. (toi tu joues pas la Chouette, on sait que t’as déjà donné. T’es mignonne, t’es ma copine aussi).

Moi, j’attends que ça de donner. Déjà (mode égoïste on) parce que si je donne, ça voudra dire que je suis une maman. Ouais. Alors bordel, quand j’en avais parlé à mi-couple, j’en pleurais tellement j’imaginais ça, être maman ET peut-être permettre à un autre couple de devenir parents.

Bon, enfin bref. Oui parce-qu’évidemment, mi-couple donnera pas, lui. M’enfin, il me soutient (manquerait plus que ça qu’en plus il soit pas d’accord !!! Je trouve ça complètement dingue qu’il faille l’accord du compagnon, ou de la compagne, enfin merde, perso, mon corps et mes gamètes, c’est mon corps et mes gamètes, mais bon).

Pourquoi je ne donnerais pas ? Je suis pour le don. Je donne mon sang (enfin je donnais AVANT la PMA, because avec les traitements ponction et autre joyeusetés, j’ai été recalé à deux reprises, mais j’envoie mi-couple, qu’il se rendre utile un peu), mes organes (enfin là je garde ceux dont j’ai besoin, faut pas déconner), et je suis censée m’inscrire pour la moelle mais faut admettre que je n’ai pas pris le temps, je suis nulle.

Alors là, pour moi, donner mes gamètes, c’est donner des cellules, je m’en tamponne le coquillard. S’il y a des couples qui attendent 5 ans (oui, tu as bien lu, CINQ ans) pour obtenir des ovocytes, je n’ai aucune inquiétude quant au fait que ces gamètes deviendront potentiellement des enfants aimés, qui ne seront en aucun cas les miens soit dit en passant.

Il faudra alors, le moment venu, que je bouffe des hormones (entre mes antécédents et ce que je bouffe déjà comme hormones, même pas peur) et (oh joie, bonheur) que je me tape une ponction (c’est convivial, sous AL, je t’ai pas dit ? Pourvu qu’on me gaaaaze !!!). Ca me coûtera quelques demi-journées, voire même pas car a priori la loi est plus souple pour les donneurs que pour les patients dans le cadre de l’AMP.

Voilà. Donc oui, ça sent un peu la galère pendant un mois ou deux. Mais ça, j’ai déjà vécu, et ce qui était (pour moi du moins) le plus dur n’était pas tant le protocole que d’imaginer son issue.

Si tu dois faire UN vœux pour moi (non, c’est pas mon anniv, mais OUI, ça aurait pu), c’est que je puisse les donner, un jour, mes œufs. Parce que je le ferais mon petit dans les bras.

Bon, enfin, du coup, je me demandais si les gagnants de la PMA donnaient des gamètes (partant du principe qu’un des deux membres du couple, voire les deux, peut avoir des gamètes de compèt’). Et si non, pourquoi (parce que je suis curieuse hein. Pas pour juger. Parce que par exemple je sais que moi la génétique je m’assieds dessus, mais je comprends que l’on puisse en avoir une autre vision).

Mais je me dis que si nous, les premiers concernés, on ne se pose pas la question (je ne dis pas de donner, je dis de se poser la question, a minima) ben personne le fera pour nous (à part la Chouette, m’enfin, être mignonne comme ça, c’est vraiment suspect).

oublie

PS : j’ai pondu 2 posts du coup aujourd’hui (faute d’avoir de la qualité, vous avez de la quantité !), nous en sommes donc à 201. Bordel, il serait temps que l’histoire se termine !

94 réflexions sur “Et toi, tu donnes ?

  1. zut! je disais, je n’ai qu’un regret : celui de ne pas pouvoir donner. Du fait des difficultés, de l’endométriose, de l’âge…qui font que les ovocytes ne sont pas au top…mais j’aurais tant aimé pouvoir le faire, si seulement j’avais été sensibilisée et informée avant. Je n’aurais pas hésité une seconde. Et encore moins maintenant, après 4 ponctions, peut-être bientôt 5, et tant de stim’…

  2. Avant d’être en PMA, je n’y aurais pas pensé. Maintenant que je suis en plein dedans, je me pose la question. Peut-être si un jour je deviens maman… Après je me dis que je suis asiat donc ça limiterait peut être les couples qui seraient intéressés par mes ovocytes ?

  3. Je me suis pas vraiment posée la question pour tout t’avouer. Pour le moment mon objectif perso passe avant. Mais pourquoi pas. Comme toi je donne mon sang, je suis pour le don d’organe et j’envisage de m’inscrire pour le don de moelle.
    Par contre mes ovules sont de qualité très médiocre alors dans les fait je suis pas sûre que la question se pose vraiment pour moi…
    Je pense qu’une fois maman je me renseignerai. Est ce que je « sauterai » le pas… Je ne sais pas… Mais je me questionnerai sérieusement ça c’est sur.

  4. Je ne pourrai pas donner, à cause de mon IO, je le sais. Comme toi, il faut que je m’inscrive pour le don de moelle, j’attends d’avoir accouché pour ça. Et mon amoureux, je lui ai posé la question tout à l’heure, et ai été surprise de l’entendre répondre que oui, il y avait déjà bien réfléchi, et que oui, il donnerait, quand il serait papa. Ceci dit j’attends de le voir se lancer pour de bon. Je vais le tanner 🙂 Mais pour le coup c’est sa réflexion, moi jpeux rien faire, mes oeufs sont périmés 😦

  5. Je comprend tout à fait ton point de vue mais de la même manière que je ne ferais pas appel au don pour concevoir notre enfant, je ne ferai pas de don de gamètes, ma mère étant née sous X, je connais trop la souffrance de ne pas connaître ses origines et même si on est très désiré et aimé par ses parents d’adoption. Ma mère m’a toujours dit que ce qui faisait une famille c’était la vie de famille et pas les liens du sang, mais que ne pas connaître ses origines laissait des traces. J’aurais l’impression de « trahir » ma mère en faisant appel au don ou en donnant. Mais c’est mon histoire personnelle qui ne concerne que ma petite personne. De manière générale, je suis pour le don de gamètes, juste pas pour moi. Je ne sais pas si je suis claire et si je n’ai pas l’air d’une affreuse réac en écrivant ça, j’espère que non. 🙂

  6. tittounett dit :

    Je donnais mon sang mais vu que j’ai dû être transfusée lors de mon ultra fun accouchement je suis interdite à vie de don du sang. Je suis donneuse d’organe (sauf mes ovaires hein, je ne souhaite le mal de personne non plus). Je me tâte à faire le don de moelle mais si ça se trouve comme j’ai été transfusée ça me sera refusée aussi. Concernant doudou il donne son sang, ses organes mais en sa qualité d’OATS les CECOS ne veulent pas de ses bestioles alors l’histoire s’arrête là. Bref, on est à moitié pourri, c’est pas un cadeau pour le receveur ! lol

  7. J’y ai déjà pensé, malheureusement je ne sais pas si mes ovocytes seraient bons à cause également de l’endométriose… Mais s’il n’est pas trop tard et qu’ils peuvent vraiment aider quelqu’un, alors oui, j’aimerais donner! Et comme zappp quand j’aurais la chance d’être enceinte, je souhaite donner également le sang de cordon de mon bébé.

  8. edbou dit :

    Et bien nous justement on en parlait avec chéri hier (on a appris qu’on passait en fiv icsi) et on pense à faire don d’ovocytes mais quand on aura eu tous les enfants qu’on veut hein, on galère assez comme ça !

  9. De mon côté, don de sang, carte de donneuse d’organe, carte de donneuse de moelle, ça, c’est fait.
    Les têtards du prince, faut pas y penser… Si on en a déjà des bois en forme pr ns ce sera cool!
    Et le don d’ovocytes, ben oui jsuis ok. Apres, c’est difficile de dire, oui je le ferai. Alors oui, j’y penserai et je verrai si c’est possible. Pr l’instant je ne me représente pas le traitement tout ca tout ca…

  10. Très bonne question !
    En toute honnêteté avant d’arriver dans le monde magique de la PMA, je n’y avais jamais réfléchis.
    Maintenant, je souhaiterai les donner car je pourrai aider un couple ou deux et comme ça rendre un peu ce que la médecine m’aura donnée (dans pas trop longtemps j’espère).
    Par contre le consentement du conjoint c’est relou parce que mon homme pour le moment, il est pas chaud. Mais bon ça fait presque 1 an que je lui en parle et je sens que ça fait son ptit bonhomme de chemin.
    Maintenant faut pas que ça nous prenne trop d’années pour avoir le notre car je crois qu’il faut avoir moins de 35 ans ??? (J’ai de la marge quand même).

  11. J’ai déjà prévenu Brad qu’il devrait donner mes organes si qqch m’arrivait. Le don d’ovocytes, j’y pense mais que depuis que je suis en PMA. Toutefois, faudrait déjà que j’ai un bébé avant… Donc j’y pense mais je sais pas si je passerai a l’acte (mais j’aimerais tellement… Car ça voudrait dire que je suis maman…).

  12. J’y pense aussi. Faut que j’aborde la question avec le doc pour savoir si je pourrais être une donneuse recevable (en raison de l’endo mais aussi parce qu’il y a dans ma famille plusieurs personnes souffrant d’un handicap). On avait parlé du don de sperme avec Biquet aussi mais vu l’état limite des bêtes, y’a peu de chances que ça passe.
    C’est con (et logique en même temps) que les personnes les plus informées et sensibilisées au don d’ovocytes, les pmettes et pmecs, soient aussi celles qui risquent le plus de ne pas être acceptées comme donneur.

    • Oui bien sûr, en moyenne on a de moins bonnes gametes, mais on est davantage sensibilisés et ya quand même plein de membres de couples infertiles qui ont des gametes de compet’ ! Faut surtout qu’on passe la barrière du « devenir parents »…

      • C’est vrai qu’il y a cette fameuse barrière 😦
        Je viens de faire une recherche rapide sur le site de BAMP mais je n’ai pas trouvé. Ce serait chouette d’avoir un article à destination des (futurs) ex-pmiens qui pensent au don. Qui peut donner? Quelles sont les pathologies qui excluent le don? et probablement d’autres questions qui nous turlupinent.

  13. molkette78 dit :

    Moi j’aurai bien donné mais que ce soit mon mi-couple ou moi on a des gamètes défectueux. J’avais toujours dit que si on avait des embryons surnuméraires on les donnerait, mais bon ce n’est pas le cas pour le moment. On verra peut être plus tard si on doit repasser par la case PMA.

  14. On a eu un gros débat avec Ever pendant la FIV. Je lui disais que si on avait des jumeaux, je voudrais donner les embryons restants et le fait qu’il soit pas d’accord m’a un peu choqué… Vu le nombre de couples en souffrance pour moi il est hors de question de les détruire. Bon, au final, un seul embryon au ventre et un seul au congélo, si jamais on fait une FIV2 je ferai tout pour le convaincre

  15. C’est marrant, quand je lis les réactions… moi non plus j’aurai jamais pensé donner mes gamètes avant la PMA. Et je dois avouer que je ne sais même pas si les opk’s sont problématiques ou non. Si je suis malgré tout recevable, je le ferai, oui. Pareil pour le sang, j’y ai été sensibilisée jeune car mon papa était donneur, jusqu’à ce qu’on découvre son diabète. A l’époque, il ne fallait pas me parler d’aiguilles, puis là, avec les 15 pds tous les 3 jours, forcément on relativise. Mais idem, avec un taux de glycémie plus élevé que la normale, est-ce que c’est pas une cause de non-recevabilité?… Je sais pas trop :-/ Bref, tout ça pour dire qu’au final, c’est pas si simple…

    • Je n’ai jamais dit que c’était simple !! Moi même si je n’avais pas été sensibilisée par ma famille aux dons de sang, plaquettes, organes… Je n’y aurais peut-être pas fait attention. Mais je trouve ça bien d’essayer de se poser la question (quand on peut !!)

  16. Sang, plasma (jusqu’à changement de politique sur le poids), recalée moelle osseuse à cause de mes antécédents d’anorexie ( c’est extrêmement strict).
    Organes.
    J’espère, ovocytes, un jour!

  17. Sang, plasma (jusqu’à changement de politique sur le poids), recalée moelle osseuse à cause de mes antécédents d’anorexie ( c’est extrêmement strict).
    Organes.
    J’espère, ovocytes, un jour!

    • Quelle est l’explication pour vous refuser le don de moelle ?
      Ce qui me choque profondément c’est que les personnes homosexuelles ne puissent pas donner leur sang. C’est à vomir.

        • Et pourquoi les migraines ? (je suis migraineuse)
          Ben voyons. Les TCA on est des faibles. Ben merci pour le tuyau, je ne vais pas m’inscrire puisque boulimie oblige j’imagine que ça va pas le faire. C’est couillon

          • Essaye quand même.
            Le questionnaire est très très complet. On ne risque pas de mettre en danger quelqu’un pour tenter de sauver une autre vie….
            Peut-être qu’il y a eu évolution….
            En gros, le médecin qui m’a reçue m’a dit : et si on vous appelle et que vous ne faites pas au moins 50 kgs?

          • Et généralement, il est apprécié de donner ses plaquettes et d(‘être donneur régulier de sang avant de s’incrire .
            (plaquettes : 55 kgs, veines correctes, bonne réaction au don de plasma)

  18. En temps qu’opk et vu les risques hyperstim avec cette maladie je doute pouvoir donner malgré mon amh de malade. Le Barbu de son côté se pose pas ce genre de question jle trouve assez déconnecté des soucis d’infertilite des français et du pbm de pénurie de la pma en France mais bon vu qu’on a fait le plus gros de notre parcours à l’étranger…

  19. C’est marrant, je me suis posé la question le week-end dernier. En fait, je n’ai eu vent de tout ça (le don, etc.) qu’il y a quelques années, au moment où on s’est mi en couple avec Ciconio. C’est l’époque où je tombais presque dans les pommes en sortant de chez le gynéco ou d’une prise de sang (j’ai bien dit presque), alors aller donner mes ovocytes, je n’aurais pas pu ! Et pour être honnête, je pense que j’aurais pensé à ma descendance avant. Le don du sang, pendant longtemps j’ai été juste en-dessous du poids minimum à avoir pour le faire (et ça m’arrangeait bien vu que j’avais peur de la méchante aiguille !). Aujourd’hui, je pense que pourrais y aller (après les traitements) car la PMA a ça de bon qu’elle nous aide –par la force des choses– à affronter nos peurs à ce niveau-là. Et je me situe au-dessus du poids minimum alors plus d’excuses ! Quant aux ovocytes, si j’arrive à tomber enceinte et que par la suite je découvre que mes œufs sont au top, je l’envisagerai sérieusement ! Mais est-ce qu’on ne me dira pas que je suis trop vieille, d’ici là ? On verra. En tous les cas, c’est un sujet à mettre sur la table avec les proches, je trouve. Je vois déjà que la PMA est un grand mystère pour pas mal de gens. Il y a beaucoup de travail de sensibilisation à faire dans ce domaine.

  20. On en a longuement parlé il y a un an, conditions incluses. Alors, si on peut, oui. Pour ma part, il est nécessaire que je me renseigne (OPK), et je ne souhaite le faire qu’après avoir définitivement fermé la porte de la PMA (du coup, j’espère que je serai pas trop vieille, please…). Pour l’homme, il pourra et le souhaite. Idem, après notre parcours pma. On a aussi parlé de l’anonymat, lui est comme la Chouette, il souhaite faire un don anonyme et ne le fera que si cette condtion reste inchangée à l’avenir. Moi, je suis davantage pour un don semi-anonyme. Ce qui est dramatique, c’est qu’à cause du manque de souplesse de la loi française (n’est ce pas aux parents et aux donneurs de décider ou non de l’anonymat ?), on va finir par aller donner en Belgique… Enfin, c’est un autre débat. Des bises

  21. alicebvmcd dit :

    C’est une bonne question… Je donnais mon sang, je suis inscrite pour le don de moelle osseuse… Je n’ai pas encore ma carte de donneur d’organe mais il faudrait que je m’en occupe…(si je suis cramée autant que ça serve à quelqu’un !!)
    En revanche pour les gametes, je crois pas que ça soit possible… Comme je suis OPK je crains une qualité ovocytaire médiocre. Mais je me renseignerai malgré tout, une fois que… Et pour mon mari, je pense que pareil avec sa tératospermie, même modérée, ce serait niet…
    Mais tout comme toi, à la lecture du post de Compoteen, je me suis reposée toutes ces questions et je me suis demandée comment, à mon ptit niveau, je pouvais aider… Essayer d’en parler autour de moi…

    • C’est dur d’en parler pour le coup quand on est en plein parcours… Pour le don d’organes, perso j’ai pas de cartes mais tous mes proches savent que je donne, donc c’est suffisant !

  22. J’ai commencé à me rencarder sur le don quand on est passé aux FIV. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que le CECOS de mon bled ne fait que le don de gamètes masculines. Si je veux donner mes ovocytes, je dois aller à Amiens, ça fait une trotte quand même…
    Par ailleurs, je n’ai pas le droit de donner mon sang (une sombre histoire d’enzymes du foi qui seraient pas très normales) et avec la mutation du Facteur V, je me dis qu’avant de me projeter dans quoi que ce soit, je vais déjà me renseigner auprès d’un doc sur mon « droit » à donner.
    En attendant, je me suis penchée sur la question du don de surnuméraires et ça, par contre, je suis certaine de ne pas m’en sentir capable…
    Par contre, une éventuelle levée de l’anonymat ne me poserait aucun problème : c’est toujours ça de gagné.. !

    • En me demandant ce qui pouvait t’empêcher de donner vos « embryons surnumeraires » j’ai tilté qu’effectivement ça entraîne le risque que ton Bolu finisse dans « toute une histoire : j’ai épousé ma soeur biologique sans le savoir ». Donc je comprends.
      Nous (avant qu’on sache que dans notre centre ils les detruisaient par boites de 6) on avait coché qu’on donnait. Je referais la même chose si ça se présente je pense. Mais je comprends ta position.

      • Mon Bolu ne pourra jamais épousé sa soeur biologique puisque je ne pondrai jamais de pisseuse, voyons ! Non, en fait, je ne peux pas concevoir qu’un de mes embryons « made in PMA » finisse ailleurs que dans mon utérus. J’aurais l’impression de laisser un de mes petits sur le carreau (même chose pour la destruction des surnuméraires, remarque) (tu me retrouves dans 10 ans, j’ai 8 lardons moi). Les gamètes du don sont « poussées », entretenues, contrôlées, pour le don. Mes embryons surnuméraires sont à la base des embryons conçus pour être retransférés dans mon utérus. Si on fabriquait des embryons destinés d’emblée au don, alors ce serait différent pour moi : ces cellules auraient été dès le début destinées à d’autres, pas à moi.
        De toute façon et de manière très concrète, pour arriver à UN foetus, nous, faut qu’on y aille par boîte de 2…

  23. Je donnais mon sang, mes plaquettes, depuis que j’ai 15 ans je dis à mes parents que s’il m’arrive qqch, je veux qu’ils donnent mes organes, et comme je le mettais dans mon parcours, au tout début, quand on croyait que je n’avais pas de souci avéré pour avoir un enfant (ah la bonne blague), je me disais que quand on aurait un enfant, je donnerai mes ovocytes ( la bonne blague bis). Bref.

  24. miliettttttte bordal!!! on avait dit que notre relation resterait secrète!!!!!
    ton post me touche beaucoup 🙂
    avant la PMA je donnais mon sang, je suis donneuse d’organes (si d’ici la ils peuvent encore utiliser mon foie on aura du bol car je pense sincèrement sombrer dans les mojitos!) et suis inscrite pour le don de moelle, et mon chéri tout pareil. Vu mon âge je doute de pouvoir donner mes ovocytes un jour, quant à mon chéri bah ses spermatozoïdes étant ce qu’ils sont, le don c’est mort pour lui!

    Je profite de post pour dire que la loi de bioéthique sur le don de gamètes a été modifiée en juillet 2011 afin d’autoriser les personnes n’ayant jamais eu d’enfant à donner leurs gamètes, hors à ce jour, le décret d’application de cette loi n’est toujours pas signé…. Cela montre bien à quel point le sujet est délicat voir même tabou.
    Mon frère, des amies proches nous ont proposé de donner pour nous aider et ainsi aider d’autres couples, mais à cause de ce décret non signé, il ne peuvent pas le faire, et ça c’est vraiment moche et très frustrant.
    Je précise aussi qu’en France, le don de gamètes n’est autorisé que jusqu’au premier jour de la 38eme année, sachant que j’ai déjà 36 ans passés, que l’on me propose une première IAD en septembre 2015 (si nous ne trouvons pas de donneur parrain pour nous faire gagner 6 mois) et bien j’aurais 37 ans et demi, et donc il ne me restera que 6 mois pour espérer qu’une IAD fonctionne. Sachant que ma fertilité a commencé sa chute inéluctable du à l’âge, je suis donc dans un état proche de l’Ohio, et c’est peu dire!

    • Ils nous auront emmerdés jusqu’au bout nos mecs, hein ?
      Je le savais grâce à BAMP pour le décret. C’est lamentable…
      T’es pas proche de l’Ohio comme tu dis. T’es dans mon coeur.

  25. Merci Miliette pour cet article, moi qui est besoin de petites graines pour donner la vie je suis touchée de lire que la plupart le ferait une fois maman …. C’est tellement une chance énorme pour nous les IO que d’avoir des gens comme vous toutes ! ❤ ❤ ❤ Bon sinon pour le don d'autre chose que les ovocytes, je suis pour moi le don d'organes et j'ai ma petite carte au cas où ..; (Bon j'espère ne pas l'utiliser de si tôt of course !! ) et avec FPO, nous avons conclu un marché dés que nous aurons eu nos petits oeufs, il fera lui un don de gamètes ! Ce sera un peu rendre l'appareil et aider à notre tour un couple à être parents !

    • Bon bon t’excite pas on en parle mais pour l’instant on n’a rien donné. Tu diras merci après ! 😉

      Tu sais de mon point de vue tous ceux qui galerent du fait d’un problème de gametes sont concernés. Donc je m’inclus dedans. On « teste » avec nos gametes, on les maltraite, mais je n’oublie jamais qu’on peut avoir besoin d’un donneur ou d’une donneuse. Du coup, c’est un geste égoïste !

  26. On en a beaucoup parlé avec Monsieur Pimpin quand il était question de FIV et donc de potentiels embryons, je n’imaginais pas qu’on puisse détruire ceux que nous n’aurions pas utilisés alors on s’était dit qu’on les aurait donnés. Concernant le don de gamètes, ses bestioles sont fun mais je doute que quelqu’un d’autre que moi en veuille (rapport aux atypiques hein). Quant à mes ovocytes c’est clair, on attend de décider si on fait un petit frère à l’ogritonne et l’ogriton et si je suis « recevable » on y va d’ailleurs le Cam doit m’expliquer comment ça se passe la semaine pro. La logistique sera pas simple (parce que Village Sur Mer et son peuple hyperfertile n’ont pas de CECOS) (d’ailleurs ici ils refusent aussi le sang de cordon j’étais navrée) mais c’est quelque chose qui me tient à coeur.

  27. J’ai toujours voulu donner mon sang, mais je n’ai jamais pris le temps… En revanche, j’ai ma carte de donneuse d’organe depuis mes 18 ans. Je trouve d’ailleurs dommage qu’on ne puisse pas en trouver dans toutes les pharmacies, m’enfin… A ce propos, j’ai lu un super livre « Réparer les vivants ». Ca évoque justement cette histoire de donner et de recevoir… Je conseille !!
    Sinon, concernant nos gamètes, j’ai bien peur qu’ils ne soient pas de top qualité. En tout cas, au jour d’aujourd’hui, on n’en sait rien !! Donc si on pouvait, on donnerait, mais l’histoire ne dit pas si on pourra…
    Concernant les embryons surnuméraires, j’ai déjà pensé à la question du don. Il faudrait que j’en reparle avec Chéri d’ailleurs, parce que je ne me rappelle plus de sa position (je crois qu’il était pour)… En ce qui me concerne, en tout cas, je refuse l’idée de « tuer » des embryons si durement obtenus !! Alors il va de soi qu’on en donnerait… Mais je t’avoue que si je me projetais sans problème jusqu’à récemment, aujourd’hui, j’ai un peu plus de mal à me projeter si loin.
    En tout cas, je me souviens que quand j’avais demandé à ma soeur ce qu’ils avaient fait de leur dernier embryon congelé et qu’elle m’avait répondu RIEN (alors qu’on galérait déjà), ça m’avait fait mal au coeur… Mais évidemment, chacun est libre de faire ce qu’il veut et je ne me permettrait pas de juger des décisions aussi intimes. Bisous.

  28. Micheline dit :

    J’ai vu le lien chez Larmes amères et me suis dit qu’il faut que je laisse un message. Je suis devenue maman suite à une FIV ICSI et je ne donnerai pas mes ovocytes. Chez nous, c’est monsieur qui est OATS, chez moi tout est OK.
    D’abord, le pays où j’habite n’autorise pas le don d’ovocyte. En raison des complications possibles (embolie pulmonaire pouvant au pire entraîner la mort), la stimulation pour autrui est considérée comme la GPA en France et est donc interdite.
    Mais ce n’est pas le problème. Depuis toujours, j’ai été pour l’autorisation du don de gamètes et la simplification en France, car franchement, l’exil en Espagne et en Belgique, c’est la catastrophe, je trouve (le porte-monnaie décide si tu as le droit à une chance ou pas et bonjour l’hypocrisie du système). En revanche, j’ai toujours été incapable d’envisager le don pour nous. Dès qu’on a su que les zozos de Monsieur était HS, c’était clair pour moi que ce serait FIV avec nos gamètes ou bien procédure d’adoption.
    Je ne suis pas fixée sur le biologique, puisque je me suis toujours vue avec des enfants adoptés. Mais pour moi c’était impossible d’envisager un enfant biologique de l’un de nous et pas de l’autre. Pareil pour le double don, pour moi c’était tout biologique (avec grossesse) ou bien pas du tout (avec une autre maman biologique et de ventre) pour un enfant adopté.
    Je me rends bien compte que c’est difficile à défendre, que de l’extérieur on peut penser que c’est juste de l’égoïsme. Ce sont des questions tellement importantes, je pense qu’on ne prend pas ces décisions de façon rationnelle seulement, mais avec ses tripes. Certaines choses nous paraissent naturelles, certaines sont inenvisageables. En revanche, il ne s’agit que de ma décision personnelle. Je comprends qu’on ressente cela différemment, pour le don, comme pour l’adoption. Je pense qu’il faut pouvoir assumer ses choix, être d’accord à 100%. Le sang, la moelle, les organes après la mort, cela ne me pose aucun problème. Mais pour moi, impossible d’abandonner ces cellules qui sont des enfants potentiels. Je crois que c’est cela qui détermine le choix. Les donneuses disent qu’elles ne donnent pas d’enfant, juste des cellules et qu’il faut plein de facteurs, une fécondation, un ventre, une grossesse, des parents pour faire un bébé. Elles arrivent à faire une distinction complète entre les cellules et l’enfant final qui en aucun cas n’est leur enfant. Moi je ne n’y arrive pas. Je me vois me retourner sur des poussettes, des adolescents, puis des adultes et voir des ressemblances, me demander sans cesse si quelque part il y a un enfant biologique.
    Autre problème : la levée de l’anonymat. J’ai vu des reportages où les parents ayant bénéficié d’un don parlaient de frères et sœurs pour les autres enfants issus du même donneur, en disant à 18 ans il pourra rencontrer son papa biologique et ses frères et sœurs. Mais pour moi, une fois le don effectué, on a ses parents et pas des parents biologiques ici et des parents qui nous on élevé là. J’ai l’impression que les questions éthiques ne sont pas toutes révolues. Mais je comprends la nécessité de connaître ses origines.
    J’espère ne pas paraître cynique en disant que je souhaite à toutes de devenir maman, que cela passe par le don ou non. Je souhaitais juste essayer d’expliquer mon point de vue. Pour moi, il ne s’agit pas d’arguments rationnels mais de ce qu’on ressent au fond du cœur. Je comprends qu’on ressente cela différemment. Le don doit être assumé pour le receveur comme pour le donneur. J’espère que mon message n’est pas choquant et qu’il est compréhensible pour celles qui ont un autre avis, et surtout pour tous ceux qui souffrent.

    • Je te remercie d’avoir pris le temps d’expliquer ton point de vue !
      Je n’avais même pas réfléchi au fait que certains pays pouvaient être contre le don…
      Je te comprends pour l’adoption. Personnellement je suis gouvernée par une espèce de loi de l’effort minimum, si on peut dire.
      Genre si yavait du sperme à la demande, je serais allée en IAD. Parce que c’est « moins lourd ». Et si adopter n’était pas si long et complexe, je pense vraiment que cela aurait été mon premier choix (enfin mon premier choix -désolée pour la vulgarité- ça aurait été le sexe, mais bon, tout ça paraît loin).

      Tout ça pour dire qu’au final, ma vision de ces choses là repose sur peu de choses… En gros je souhaite pouvoir aimer et élever un enfant. Et je cherche le moyen le plus simple pour y parvenir. C’est très égoïste donc, mais comme pour moi la génétique n’a que peu d’importance, je ne réfléchis que peu à l’impact que cela peut avoir sur un enfant. À tort…

    • Micheline : si je peux me permettre (et du coup, ça change complètement la donne !)-, pour nous, notre (future) enfant, issue du don donc, est notre enfant biologique à tous les deux. Le foetus/l’enfant devient biologique… même s’il n’a pas le même patrimoine génétique/ADN que l’un de ses parents.
      Miliette : oui, mon homme compte faire don de son sperme. Moi, n’ayant plus d’ovocytes à donner, j’envisage des dons autrement : don de la moelle, don du sang, don du cordon. Bisettes.

  29. Micheline dit :

    Il y a aussi des pays où l’ordre des médecins recommande de réserver la PMA aux couples mariés… heureusement, ce n’est qu’une recommandation, donc seuls certains médecins la suivent. Ah oui par contre la sécu, elle ne rembourse à 50% qu’aux couples mariés. Pas marié, tu peux financer toi-même – et marié 50% pour ta pomme quand même. Sauf si t’es riche et que t’as une assurance privée.
    Je pense qu’on ne peut pas mettre en face les gentils altruistes et les méchants égoistes, chacun a une voix intérieure qui lui donne le sentiment qu’une décision est la bonne ou pas. Sinon, on n’a plus qu’à rejoindre la manif pour tous, car eux ils savent ce qui est le mieux, et pas que pour eux, pour les autres aussi.
    C’est peut-être une comparaison bizarre, mais pour moi c’est un peu comme le droit à l’avortement. On peut être pour le droit à l’avortement, en sachant que soi-même, on ne pourra jamais le faire, par conviction religieuse ou autre. On peut savoir que chacun a ses convictions, son parcours, que ce qui est bon dans une situation peut ne pas l’être dans une autre. On peut essayer de comprendre les autres, de les respecter, même si on garde son avis à la fin. Certains refusent la PMA, on peut aussi essayer de les comprendre. Et puis un peu de tolérance, et beaucoup d’informations, de sensibilisation ne feraient pas de mal. Pour que chaque décision soit prise en connaissance de cause. C’est vrai que cela fait mal au coeur de savoir que certaines donneraient mais ne savent même pas que cela existe.
    Je suis pour la sensibilisation, mais franchement quand j’ai vu les réactions, les fausses idées et les rapprochements douteux avec le débat sur le mariage pour tous, ça m’a désespérée. Il y en a du travail à faire…

Quelque chose à ajouter ? Ben fais toi plaisir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s