des RDV, des attentes et des questions

Une dizaine de RDV sont programmés sur un mois seulement.

2014 va démarrer en fanfare avec un champion de l’échographie de l’endométriose (cool, une star ! mince, oublié de demander le tarif…).

S’ensuivront une hysterographie, un rdv avec l’urologue pour mon martien (ya pas de raison !), un osteopathe (tant qu’on y est…), des rdv à l’étranger, un entretien avec une gynécologue humaine, l’hôpital (et j’attends mon cariotype, et j’ai peur…), une réunion d’information, la clinique…

Bref, un mois chargé. Une année chargée qui s’annonce. L’impatience qui monte ; sept mois d’examens, 0 possibilité de fonder une famille, le temps qui passe et l’espoir qui fatigue.

Et pendant ce temps là, la vie continue. Autour, surtout.

Le diagnostic de l’endo qui change un peu la donne. Si l’OATS impose clairement (en France…) la FIV, il semblerait que le traitement puisse agraver l’endo. Et réduire nos chances de recourir à d’autres moyens de fonder une famille ?! Je suis perplexe, on ne nous explique rien, on ne nous informe pas, et les enjeux sont tels que G**gle n’a plus réponse à tout.

Le « choix » du centre demeure un casse-tête. La clinique, plus « souple » sur l’organisation, avec des délais réduits mais une prise en charge qui semble moins complète (des exams en moins, c’est chouette, mais ne pas tout étudier avant la première FIV ne limite-t-il pas nos chances ?) et plus coûteuse, ou l’hôpital, nettement « mieux côté », mais des attentes à n’en plus finir entre deux Rdv ? L’opportunité du choix me semble être un piège, puisque dans tous les cas, il n’y a pas d’idéal.

réconciliation

Quelques jours sont maintenant passés depuis ma fameuse écho J-3, destinée à compter mes follicules.
Je ne sais pas expliquer pourquoi/comment, mais les vannes se sont ouvertes dès le trajet en voiture, et j’ai passé tout l’entretien/l’examen à pleurer (même pas foutue d’articuler son nom la pauvre fille…).
Et là, alors que je l’avais quand même bien mauvaise (faut-il vraiment lister toutes les raisons), la doctoresse m’a fait un bien fou…
Elle m’a fait assoir, pour pleurer, parler un peu. Elle s’est montrée douce lors de l’examen. Elle ne m’a pas regardée de haut quand j’ai parlé de ma peur de l’endométriose. Elle m’en a trouvé d’ailleurs, mais même ça je l’apprécie, enfin un mot sur ce mal, ses efforts pour que ce ne soit pas trop douloureux, et de me dire que je ne semble pas en être à un stade qui compromettent nos projets, « les médecins s’en occuperont après ». Après ma bonne nouvelle ? C’est idiot, mais cette petite phrase de rien m’a rendue un bout d’envie d’y croire…
J’ai encore beaucoup pleuré au retour, mais quel soulagement finalement… Un nouveau diagnostic, un poids en plus, mais un poids en moins. Je ne suis pas « compagne d’oats » comme le disent les médecins. Et oui, on va cumuler les difficultés. Mais qui sait…
Je compte bien y retourner, pour le suivi des protocoles à venir ; je veux lui parler de BAMP…
Sinon, petit bonheur : mes follicules semblent en nombre satisfaisant, et ça c’est déjà chouette 🙂
Enfin, enfin, une belle rencontre avec le corps médical…

celle que je deviens

Merci à Gribouillette pour son dernier post, « perdue de vue », qui me permet de faire un petit point sur celle que, bien malgré moi, je suis devenue.

Avant, j’étais drôle. Je le pense. La bonne copine, la fille/petite fille sympa, et une amoureuse attentionnée. Bref, que l’on se rassure, j’avais déjà tout un tas de défauts, mais enfin, je me trouvais aussi des qualités, et une vraie joie de vivre.

Je n’avais qu’une réponse face à de la méchanceté : « tu dois être vraiment malheureux pour être méchant de la sorte, je te plains et suis sincèrement désolée pour toi ».

Et je le pensais.

Et je le constate, à présent. Je suis malheureuse, on ne peut pas toujours faire bonne figure. J’ai gardé mon cynisme, mais aujourd’hui, je ne peux plus dire que je ne blesse personne. Je suis aigrie et parfois oui, méchante.

Je ne ris plus, et j’ai du mal à être présente pour mes proches, comme je pouvais l’être avant. Particulièrement pour les jeunes parents. Mais pas que.

Et dire que les traitements ne sont même pas commencé… Que nous n’avons pas encore subi « d’échec », à proprement parler…

J’ai peur de n’avoir pas la force de celles que je lis. J’ai peur de celle que je deviens, que je n’aime pas, et qui est l’antithèse de la mère que je rêve d’être.

On s’organise !

Ce matin, comme prévu, cachée dans ma voiture sur le parking, j’ai casé mon écho J-3. Fun !! Donc bon, une demi-journée de congé (c’est pas comme si j’avais besoin de vacances) et ça va le faire !
La dame a eu la bonté de me prévenir que j’en aurais pour la modique somme de 110 euros et que je pouvais toujours me \¿§¢$ avec ma prise en charge à 100%. J’ai eu l’amabilité de lui faire savoir que ce n’était pas ce qui était indiqué sur le papier de l’hôpital. Bon, elle s’en tamponne grave, au revoir Madame. Pour ce prix là j’espère qu’elle va m’en compter plein des follicules…
Maligne (et frigorifiée) j’ai enchainé (dans un bureau -vide) sur le projet d’hystero. Et là, grandiose. Ya plus de place pour mon J-10 (ni 9, ni 11, ni rien). Donc mon J-1 de janvier ? Hein ? what the fu*k, mon appli magique est dans mon portable (avec lequel j’appelle, j’ai pas utilisé le téléphone pro, yeah !!) et ceci étant mon appli me sert surtout à faire une moyenne hein, parce que chez moi bon, c’est DNLP qui décide, pas moi… De là, elle me suggere de prendre un calendrier (pour tirer au sort ??). Donc bon, j’ai negocié un J1 au 4 janvier. Pour voir. Puis si on joue comme ça à deviner pendant un an, on finira peut-être par gagner !!
Gentille la dame néanmoins (merde, on a causé de mon intérieur et j’ai pas demandé son nom) elle m’a proposé de rappeler au cas où des places se libèrent. Puis bon c’est vrai que perso ça me met à l’aise le matin de causer de mes cycles au boulot. Ça detend !

Depitée

Avant toutes choses, il faut savoir que je suis une opportuniste de la première heure. Oui oui oui.
6 mois pour avoir un rdv dans le super hôpital public ? Ben ok, mais autant te dire qu’on ne les a pas passé sur le canapé ces 6 mois !
Écho, PDS (au pluriel !!) et hysterosalpinpographie pour ma pomme ; spermo (au pluriel !!!) test adn, PDS et écho pour monsieur, il me semblait que nous n’avions pas chômé !
Je ne parle même pas de la réunion d’info, bref, je nous croyais (naïve la fille…) prêts !!
Ben non.
Que nenni.
Mon cariotype est maintenant dans les tuyaux (et l’angoisse au top !!), monsieur sera missionné pour donner à nouveau de sa personne (mais échappe au doppler, préconisé par la clinique…), et me voilà avec des ordonnances pour une écho et une hysteroscopie. Mais pas où je veux quand je peux. Sinon ça manque de fun.
Non, c’est où ils me disent, et évidemment J3 et J10, soit en plein sur mes grosses réunions de travail (bah oui je bosse mesdames et messieurs les docteurs, du moins j’essaye !!).
Donc coups de fil en pagaille prévus pour demain (j’aime parler écho pelvienne et J10 au bureau, d’ailleurs je me remets pas de devoir faire une écho à J3, cela ne risque pas d’être un peu euh… saignant ?).
Premières impressions sur l’hôpital public ? La main sur rien (tu peux te brosser Martine pour négocier ton RDV !!). Un environnement triste au possible (ça va avec mon moral tiens !). Des médecins pas désagréables pour autant.
Le choc ? Devoir re-subir la réunion fiv. Bizarrement, cela m’ennuie presque plus que les exams. Va comprendre…
Le vrai choc ? Trois exams supplémentaires pour moi, comparativement à ce qu’il m’avait été demandé à la clinique. Avec ce que ces écarts impliquent, rapport à notre confiance vis à vis des docteurs, toussa toussa…
Le ras le bol ? L’endométriose que je me suspecte (oui, lire doctissimo ne fait pas de moi un docteur !) et dont tout le monde se fout.
Le consensus ? FIV ICSI ! Ben tiens. La surprise, je le savais avant eux, merci Gougueule !!
Aller, la pêche pour demain, me reste à imaginer un scénario de folie pour trouver un endroit au boulot d’où je puisse parler de ma vie très intérieure et de mes problèmes organisationnels à des secrétariats plus ou moins compatissants… Enjoy, l’AMP développe ta créativité/ton ingéniosité/tes capacités organisationnels je vais demander une prime !!!

rencontre BAMP !

Un chouette moment hier, bien que ma timidité m’aie joué quelques tours…
Que dire ? De beaux bilans ont déjà été rédigés.

Pour ma part, cette rencontre aura été une nouvelle occasion de renforcer mon envie de communiquer sur l’AMP et l’infertilite d’une manière générale. D’ailleurs, j’ai pu exposer dès ce midi (repas dominical en famille !!) le travail de BAMP.

Bravo et merci à celles et ceux qui oeuvrent en ce sens… Bravo et merci pour cette recontre et cet accueil !